Le Livre, tome II, p. 132-148

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 132.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 132 [148]. Source : Internet Archive.

« Ce n’est au fond qu’à cette condition d’efforts incessants que les hommes peuvent se cultiver et s’améliorer. Matériellement, notre marche est d’abord un trébuchement, une tendance à tomber, et en même temps un effort pour nous relever, pour nous maintenir droits, jusqu’à ce que nous arrivions à savoir poser nos pieds solidement sur la bonne route. C’est là l’emblème de toutes nos entreprises dans la vie.

« Pour conclure, je vous rappellerai que ce n’est point à l’aide des livres seuls, ou même principalement grâce à eux, qu’on devient de tout point un homme. Étudiez-vous à vous acquitter fidèlement, dans quelque situation que vous vous trouviez, des devoirs qui vous sont directement ou indirectement imposés. Un poste vous est assigné : tenez-vous-y fidèlement, résolument, comme un vrai soldat. Dévorez en silence les chagrins qui ne manqueront pas de vous y assaillir. Nous sommes tous exposés à de pénibles épreuves dans les diverses conditions de notre existence ; mais soyons toujours fermement disposés à ne pas abandonner notre tâche. On se perfectionne beaucoup plus sûrement encore par l’action, le travail, que par la lecture. Je vois s’élever une race d’hommes disposés à concilier, à réunir ces deux moyens infaillibles du progrès : accomplir sagement, vaillamment, ce qui est leur devoir dans leur état présent, et en même temps se préparer, par

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet