Le Livre, tome III, p. 136-150

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 136.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 136 [150]. Source : Internet Archive.

c’est par ce mot Explicit… ou Cy finist… que ce dernier paragraphe commençait d’ordinaire), opposé à suscription et à incipit. La souscription porte aussi les noms d’adresse et de colophon (κολοφών, achèvement). M. Henri Bouchot[136.1] et, après lui, M. Édouard Rouveyre[136.2] emploient aussi dans ce sens le mot signature, qui, en bibliographie, désigne spécialement les lettres ou chiffres placés en pied de la première page de chaque feuille, et peut, par conséquent, prêter ainsi à confusion.

6º La quantité d’abréviations : un ƶ pour la conjonction et ; — une sorte de 3 ou de 9 pour la particule latine cum ou la particule française con, et pour la finale de certains mots : te ou te = tecum ; neq = neque ; quib = quibus ; no = nous ; vo = vous ; etc. ; — le q avec la partie inférieure traversée par un trait en forme de croix pour signifier quam ou quod ; — le signe  correspondant au latin rum : nostro = nostrorum ; angelo = angelorum ; quo = quorum ; ea = earum ; ut = utrumque ; etc. ; — la fréquente suppression de certaines lettres remplacées par un petit trait horizontal, appelé titre[136.3], placé au-dessus du mot ainsi abrégé : nr̃e pour notre ; bõs pour bons ; presẽt ou même pr̃s̃t pour

[III.150.136]
  1.  Le Livre, l’Illustration, la Reliure, pp. 33, 36, 56 et 103.  ↩
  2.  Connaissances nécessaires à un bibliophile, 5e édit., t. II, p. 204.  ↩
  3.  En latin titulus ; en espagnol tilde (ñ, n tilde) : cf. Littré, op. cit., art. 2. Titre.  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet