Les Débuts de Brigodin

Albert Cim.

A Georges Haas.

Depuis dix mois qu’il avait abandonné son emploi de garçon de magasin, dans la maison de laines et tissus de Peulvier-Royon, une des meilleures de la place de Reims, Isidore Brigodin ne s’était recasé nulle part. Non pas qu’il lui fût échu quelque bon gros ou même bon petit héritage et qu’il jugeât plus simple et plus agréable de manger ses rentes que de besogner et trimer : Brigodin ne roulait pas sur l’or et l’argent, hélas non ! tant s’en faut ! Mais il ne se sentait plus de goût au travail, il était devenu paresseux, musard et flemmard au possible ; et puis, surtout, il avait une diabolique habitude, qui s’aggravait et empirait de jour en jour, sans qu’il fût rien pour l’entraver et s’en délivrer, au contraire ! Il buvait comme une éponge. C’était même à cause de ce terrible défaut qu’il était sorti, qu’il avait été congédié, pour mieux dire, de la maison Peulvier-Royon.

Comment avait-il vécu durant ces dix mois ? Quelques pièces de vingt sous gagnées à porter de la gare à domicile ou réciproquement des colis de voyageurs, de chétives aumônes soutirées de droite et de gauche, à des étrangers principalement, sur le parvis de la cathédrale ou sous les Loges, tel avait été le plus clair de ses revenus.

Un soir, lassé de coucher à la belle étoile et n’ayant rien mangé — ni rien bu, misère ! — depuis la veille au matin, il s’était avisé de lancer une grêle de cailloux dans un réverbère voisin d’un poste de police, et, grâce à ce bel exploit, avait réussi à se faire allouer sur-le-champ un gîte au sus dit poste, plus un demi-pain de munition et une cruche d’eau, — pouah ! !

Un autre soir, ayant encore le ventre déplorablement creux, il était entré dans une auberge du faubourg de Laon, s’était fait servir un copieux festin qu’il avait arrosé de trois bouteilles de vin du pays, et, le quart d’heure de Rabelais venu, avait effrontément déclaré au patron qu’il ne possédait pas un centime.

— Pas un rouge liard, mon bel ami, pas un radis, je vous le jure ! Vous pouvez me fouiller, si vous ne me croyez pas… et vous fouiller surtout ! Vous n’avez qu’à envoyer chercher les agents, ils me fourreront au bloc !

Oui, Brigodin espérait obtenir encore le gîte après le souper ; mais son attente fut déçue. L’aubergiste, homme prudent et d’expérience, se dit que s’il appelait la police à son aide, il lui faudrait aller le lendemain faire sa déposition dans le bureau du commissaire et perdre ainsi une matinée presque entière ; qu’il serait obligé d’aller ensuite renouveler cette déposition devant le tribunal, ce qui ferait encore une matinée de perdue ; et qu’il était bien plus économique de passer les frais de ce repas au compte profits et pertes. Il administra en conséquence un vigoureux coup de pied dans le fond de culotte de maître Brigodin, et invita ce « sacré filou » à aller se faire pendre ailleurs.

Restaient donc les becs de gaz à démolir et les réverbères à fracasser, et c’était en effet l’expédient auquel Brigodin avait le plus ordinairement recours pour mériter d’être logé à l’œil et hébergé gratis.

Il avait ainsi récolté, durant ces dix mois, et par périodes toujours croissantes, un total de six mois de prison.

Le vol n’avait eu néanmoins aucune part dans ces multiples condamnations ; il n’y était question que de vagabondage, ivresse, tapage nocturne, dégradation d’objets destinés à l’utilité publique, — des peccadilles ; mais notre triste sire était en trop beau chemin pour s’arrêter là et ne pas ajouter bientôt à son casier judiciaire cette indispensable mention.

La première tentative entreprise dans cette voie par Isidore Brigodin ne fut cependant pas des plus heureuses, comme vous allez en juger, et aurait bien dû lui servir de leçon, — de providentiel avertissement.

C’était durant le rigoureux hiver de 1879-1880 ; le nombre des mendiants et malandrins avait plus que doublé dans la ville et dans les faubourgs, et justement le malchanceux Zidore venait de quitter ce qu’il nommait « sa maison de campagne » et d’être rendu à la liberté, c’est-à-dire au froid et à la faim, à la fainéantise, à l’ivrognerie, à tous les tourments et à toutes les hontes de la misère.

Après avoir dépensé, bu, en moins de quarante-huit heures et histoire de rattraper le temps perdu, l’humble pécule qu’il avait gagné en tressant de grossières corbeilles d’osier, les sept francs qui lui avaient été remis à sa sortie de prison, il se trouvait dans le plus complet dénûment et était venu s’affaler tout grelottant sur un banc des Promenades.

Que faire ? La faim, l’horrible conseillère, le tenaillait.

— Si je pouvais chaparder quelque chose ? Mais où ? Quoi ?

Et bientôt il se rappela certaine chambre mansardée, située en face de celle qu’il occupait l’an dernier, lorsqu’il travaillait chez Peulvier-Royon : une simple mais proprette petite chambre louée à un jeune homme, un employé de commerce, qui partait le matin et ne rentrait qu’à la nuit, et avait coutume de toujours laisser sa fenêtre ouverte, afin sans doute que l’odeur du tabac — c’était un fumeur enragé, ce jeune homme — se dissipât plus aisément et que l’air s’épurât le mieux possible, pendant son absence.

— Si j’y allais ? Il doit avoir de l’argent, ce garçon-là, des économies cachées dans ses tiroirs…, un petit saint-frusquin !

Et voilà Brigodin s’acheminant vers la rue de Mars, où il avait demeuré naguère et où habitait très probablement encore cet employé. Il se faufila dans le corridor de son ancienne maison et grimpa jusqu’au sommet de l’escalier sans attirer l’attention, sans rencontrer personne.

Ce dernier palier était éclairé par une large lucarne donnant sur une terrasse contiguë à une cour intérieure, la même cour où la chambre de l’employé prenait jour. La fenêtre de cette chambre était grande ouverte, ainsi que Brigodin l’avait conjecturé ; selon toute apparence, le locataire était toujours ce même jeune homme, émérite culotteur de pipes, qu’il avait entrevu plus d’une fois jadis.

Le difficile était de se rendre du palier à ladite chambre. Il fallait d’abord franchir la lucarne, puis descendre sur la terrasse, ce qui exigeait un saut de deux mètres ; de la terrasse, se laisser ensuite glisser à trois mètres plus bas, sur un petit toit qui se trouvait presque de plain-pied avec la mansarde en question.

Brigodin effectua sans encombre ce périlleux trajet.

Aussitôt entré dans la place, il s’empressa d’ouvrir les tiroirs de la commode — la clef était à la serrure de l’un d’eux — et fouilla partout rapidement, fiévreusement, pour découvrir la réserve, les « économies » du locataire.

Rien dans la commode. Dans l’armoire à glace, rien non plus, sauf une demi-douzaine de chemises, une boîte de faux cols, des chaussettes, et une ou deux piles de mouchoirs, rangées sur les rayons. Dans les deux étroits placards dissimulés de chaque côté de la cheminée, rien encore. Dans le cabinet de toilette, où quelques vêtements étaient appendus, rien, toujours pas de magot, pas de saint-frusquin.

— Je ne me doutais guère qu’il était si panné que ça ! maugréa men­talement Brigodin. Vrai, si j’avais su !… Moi qui me suis donné tant de peine !…

Au moins fallait-il que cette peine ne fût pas totalement perdue. Et, à défaut d’argent, il songea à se rabattre sur le linge et les vêtements, à se faire un bon paquet qu’il emporterait… Mais comment l’emporter ? Comment remonter du toit sur la terrasse, puis de la terrasse jusqu’à la lucarne du palier avec un tel fardeau ?

— Pas moyen ! Faut y renoncer ! A moins que j’endosse cette défroque ?… C’est ça ! Et je lui laisserai la mienne en échange !… Une bonne farce ! Il en fera une tête, quand il trouvera mes guenilles à la place de ses meilleurs effets !… Ah ! je voudrais le voir !…

Et vite, vite, de se déshabiller, tout en ratiocinant de la sorte, de décrocher gilet, paletot, pantalon, par-dessus… vite, vite, d’aveindre chemises et chaussures.

Mais, juste au moment où Isidore Brigodin était quasiment nu et se disposait à enfiler un pantalon de drap noir tout battant neuf, un pas se fit entendre de l’autre côte de la cloison, dans un corridor sans doute, une clef grinça dans la serrure.

Brigodin de se baisser aussitôt et se couler sous le lit. Et maintenant, ne bougeons plus !

La porte s’était ouverte, puis refermée, et l’on allait et venait dans la pièce.

— S’il me faut passer la nuit là, me voilà propre ! se dit Brigodin, qui sentait déjà le froid le pénétrer et lui ankyloser les membres.

On continuait à marcher tout contre lui ; il entendait manœuvrer les tiroirs de la commode, grincer la porte de l’armoire et celle du cabinet. Le froid le gagnait de plus en plus.

— Mon Dieu ! mon Dieu ! Pourvu que je n’aille pas éternuer !… Et s’il aperçoit mes nippes sur son lit ? S’il voit qu’on a dérangé… Ah ! malheur ! Est-ce qu’il va demeurer là ? Est-ce qu’il ne va pas ressortir ?…

Si ! Il lui semble qu’on se rapproche de la porte… Oui ! On l’ouvre… On s’en va !

— Ah ! enfin ! quelle chance !

Maintenant plus de temps à perdre. Il s’agit de se rhabiller presto et de filer grand’erre[1]. Mais…

— … Où donc sont les vêtements ? Le pantalon, la chemise, les bottines, le paletot, que j’avais préparés ?… Disparus ! Et mes loques que j’avais laissées là, sur le lit ? Où les a-t-il fourrées ?

Derechef, Brigodin explora l’armoire, la commode, le cabinet de toilette… Toute la garde-robe avait été emportée ! Tout le linge enlevé !

Et ses pauvres frusques avaient été, elles aussi, comprises dans la rafle !

— Oh ! Mais ce n’est donc pas le locataire, l’employé de commerce qui vient de venir ? C’est un voleur, un confrère ! Eh bien, merci ! En v’là un ! Ah ! je le retiens, c’t animal-là ! Si je le connaissais !…

Oui, c’était un deuxième larron — il y avait tant de misérables à Reims cet hiver-là ! — qui, n’ayant pas, comme Brigodin, la ressource de s’introduire dans cette chambre par la fenêtre, y avait pénétré par la porte, à l’aide d’un rossignol ; et, pendant que son « confrère » se morfondait sous le lit, avait fait main basse sur tout ce qu’il avait trouvé, mis toute la pièce au pillage.

— Que devenir ? Comment me carapater de là ? ruminait Brigodin, transi et glacé de la tête aux pieds. Je ne peux pourtant pas me sauver tout nu, courir sur les toits comme un singe… Ah ! miséricorde ! En voilà une déveine ! Oh ! ! !

Se sauver tel quel, il n’était même plus temps. Un bruit de pas retentissait et s’approchait, une voix jeune, pleine et tapageuse, lançait ses éclats à tous les échos et claironnait des fragments d’une romance alors en vogue :

Non, tu n’es plus ma Pâquerette,
Ma Pâquerette à l’œil si doux !…

C’était le jeune homme, le vrai locataire cette fois, qui, leste et joyeux, grimpait son escalier et réintégrait le logis.

Il cessa net sa chanson, comme bien on pense, et poussa un cri de stupeur et d’effarement à l’aspect de cet individu planté au milieu de sa chambre et dépouillé de tout voile.

— Eh ! monsieur Barbier ! monsieur Barbier ! appela-t-il à tue-tête.

Isidore Brigodin le connaissait, ce M. Barbier : c’était le principal locataire de la maison, un peintre en bâtiments qui sous-louait à des jeunes gens les mansardes du dernier étage.

M. Barbier accourut, et ce fut lui — lorsque l’infortuné Brigodin eut piteusement, tout tremblant de froid et claquant des dents, confessé sa mésaventure — qui alla chercher dans sa défroque et parmi ses mises-bas[2] de quoi couvrir la nudité de notre apprenti cambrioleur et permettre de le conduire au poste.

— En v’là d’une roide, tout d’même ! clamait Isidore Brigodin chemin faisant. C’est moi qu’est le volé… Oui, mossieu, tout aussi bien que vous ! et c’est moi qu’on pige ! Enfin, je serai du moins logé et nourri pour rien tout mon hiver ! C’est toujours ça de gagné, n’est-ce pas, père Barbier ?


Midi Artiste. Lettres, Beaux-Arts, Théâtre ; dir. artistique : G. Pierrefite ; dir.-administrateur : E. Fournié ; Toulouse, nouvelle série ; quatrième année (1903).
Texte retranscrit d’après les fac-similés numériques de la Bibliothèque municipale de Toulouse, collection Rosalis :


 Notes
  1.  Grand’erre ou grand-erre (aller à), subst. fém. Aller bon train, aller vite.
    Littré, à l’article Erre ↩
  2.  Mise-bas n’est pas français. On l’emploie très fréquemment au lieu de, Vieux habits. Et l’on dit, On habille ordinairement le plus jeune des enfans des mises-bas de ses frères, pour, Des vêtemens que ses frères ne meltent plus. Ce que vous avez acheté là est une mise-bas, pour, Est de la vieillerie. Ce domestique a les mises-bas de son maître, pour, A les vieux habits de son maître.
    Jean-François Michel, Dictionnaire des expressions vicieuses usitées dans un grand nombre de départemens, et notamment, dans la ci-devant Province de Lorraine, p. 132.  ↩

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires pour ce texte