Le Livre, tome III, p. 145-159

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 145.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 145 [159]. Source : Internet Archive.

Rolin Thierry (1588) : trois Épis de riz (tiers riz) ;

Geoffroy Tory (1512) : un Pot cassé[145.1] ;

Michel Vascosan (1530) : une Presse typographique ;

Antoine Vérard (1498) : un Écusson fleurdelisé supporté par deux anges ;

Pierre Vidoue ou Vidove (1510) : la Fortune sous les traits d’une femme, avec cette devise : Audentes juvo[145.2] ;

Simon Vostre (1491) : deux Léopards à tête de lévrier.

Etc., etc.[145.3].

[III.159.145]
  1.  « Geoffroy Tory… naquit à Bourges. Vers 1480…. La première de ses éditions nous donne la date de 1512. Il avait adopté comme marque de fabrique un vase dans lequel est tombé un toret de graveur [toret, s. m., instrument servant à percer : Frédéric Godefroy, Lexique de l’ancien français], en le fracassant en partie, et la devise Non plus. » (Léon Gruel, Conférences sur la reliure et la dorure des livres, p. 46.)  ↩
  2.  Cf. Ambroise Firmin-Didot, op. cit., col. 749 ; et Paul Lacroix, Édouard Fournier et Ferdinand Seré, op. cit., p. 93.  ↩
  3.  Outre les ouvrages d’Ambroise Firmin-Didot, de Jacques-Charles Brunet, d’Anatole Claudin, et de Paul Lacroix, Édouard Fournier et Ferdinand Seré, mentionnés en notes dans le cours de la liste ci-dessus, cf. L.-C. Silvestre, Marques typographiques ou Recueil des monogrammes, chiffres, enseignesdes libraires et imprimeurs qui ont exercé en France depuis l’introduction de l’imprimerie, en 1470, jusqu’à la fin du xvie siècle (Paris, Potier, 1853-1865 ; in-8) ; — et Paul Delalain, Inventaire des marques d’imprimeurs et de libraires de la collection du Cercle de la librairie (Paris, Cercle de la librairie, 1886-1888 ; in-8).  ↩

Le Livre, tome III, p. 146-160

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 146.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 146 [160]. Source : Internet Archive.
III-160-146-01 Marque des Alde
Marque des Alde.
III-160-146-02 Marque de Josse Bade, d’Asch
Marque de Josse Bade, d’Asch.

Le Livre, tome III, p. 147-161

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 147.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 147 [161]. Source : Internet Archive.
III-161-147-01 Marque des Angelier
Marque des Angelier.
III-161-147-02 Marque de Gilles Corrozet
Marque de Gilles Corrozet.

Le Livre, tome III, p. 148-162

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 148.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 148 [162]. Source : Internet Archive.
III-162-148-01 Marque de Simon de Colines
Marque de Simon de Colines.
III-162-148-02 Autre marque de Simon de Colines
Autre marque de Simon de Colines.

Le Livre, tome III, p. 149-163

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 149.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 149 [163]. Source : Internet Archive.
III-163-149-01 Marque de Gillet Couteau
Marque de Gillet Couteau.
III-163-149-02 Marque d’Étienne Dolet
Marque d’Étienne Dolet.

Le Livre, tome III, p. 150-164

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 150.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 150 [164]. Source : Internet Archive.
III-164-150-01 Marque de Jehan du Moulin
Marque de Jehan du Moulin.
III-164-150-02 Marque de Guillaume du Puy
Marque de Guillaume du Puy.

Le Livre, tome III, p. 151-165

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 151.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 151 [165]. Source : Internet Archive.
III-165-151-01 Marque des Elzevier
Marque des Elzevier.
III-165-151-02 Marque des Estienne
Marque des Estienne.

Le Livre, tome III, p. 152-166

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 152.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 152 [166]. Source : Internet Archive.
III-166-152-01 Marque de Galliot du Pré
Marque de Galliot du Pré.
III-166-152-02 Marque des Gryphe
Marque des Gryphe.

Le Livre, tome III, p. 153-167

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 153.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 153 [167]. Source : Internet Archive.
III-167-153-01 Marque de Michel Le Noir
Marque de Michel Le Noir.
III-167-153-02 Marque de Guyot Marchant
Marque de Guyot Marchant.

Le Livre, tome III, p. 154-168

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 154.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 154 [168]. Source : Internet Archive.
III-168-154-01 Marque des Plantin. Dans le fond du médaillon, on voit la ville de Tours, près de laquelle est né Christophe Plantin
Marque des Plantin.
(Dans le fond du médaillon, on voit la ville de Tours, près de laquelle est né Christophe Plantin.)

Le Livre, tome III, p. 155-169

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 155.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 155 [169]. Source : Internet Archive.
III-169-155-01 Marque de Jean Temporal
Marque de Jean Temporal.
III-169-155-02 Marque de Geoffroy Tory
Marque de Geoffroy Tory.
(Cf. infra, p. 324, une reliure à ce même emblème du Pot cassé.)

Le Livre, tome III, p. 156-170

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 156.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 156 [170]. Source : Internet Archive.
III-170-156-01 Marque d’Antoine Vérard
Marque d’Antoine Vérard.
III-170-156-02 Marque de Vidoue ou Vidove
Marque de Vidoue ou Vidove.

Le Livre, tome III, p. 157-171

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 157.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 157 [171]. Source : Internet Archive.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 158.
Pour suite de note : Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 158 [172]. Source : Internet Archive.

A propos de l’impression, nous adresserons encore une fois aux lecteurs la recommandation que nous leur avons faite en parlant des papiers : « Ménagez vos yeux ! »

Donc, à part les dictionnaires et ouvrages de référence, à part les sommaires, les notes, index, tableaux, etc., où l’on est bien obligé de réduire et serrer le texte, pas de livres imprimés en caractères trop fins, et, pour préciser, en caractères inférieurs au « corps huit »[157.1]. On sait que les caractères d’imprimerie, — qui sont composés de plomb et d’antimoine ou régule (environ 4 de plomb pour 1 d’antimoine), — se mesurent et se classent par points, quel que soit d’ailleurs leur genre, qu’ils appartiennent au romain, à l’elzevier ou à l’italique : nous verrons dans un instant ce que signifient ces noms. Le point[157.2], unité typographique, n’a pas

[III.171.157]
  1.  Tel est le chiffre donné approximativement par M. Émile Javal, dans sa Physiologie de la lecture et de l’écriture, p. 121 : « … Ceci nous amène à faire choix de caractères d’environ huit points…. » Le célèbre oculiste allemand Hermann Cohn, professeur à l’Université de Breslau, va bien plus loin, et, dans son livre Comment doivent être les caractères de labeur et de journaux, conseille « de ne pas employer de corps au-dessous du dix ». Il ajoute qu’on doit, d’une façon générale, interligner très fortement. (Cf. le Courrier du livre, 1er août 1903, p. 459.)  ↩
  2.  L’invention du point typographique est due à Pierre-Simon Fournier, alias Fournier le Jeune [1712-1768] ; elle remonte à 1737 environ ; mais la mesure initiale dont s’était servi cet imprimeur et graveur était conventionnelle, partant sujette à discussions et à erreurs (cf. Émile Leclerc, op. cit., pp. 40 et 42). Le « point Fournier » fut modifié en 1753 par François-Ambroise Didot, qui prit pour base la mesure légale d’alors le pied de roi [0m,324, d’après Littré], dont il divisa la ligne [0m,0022558, d’après Littré] en six parties égales, en six points [0m,0022558 : 6 = 0,00037597, soit 0mm,376 ou 0mm,38]. Un caractère d’imprimerie ayant exactement pour longueur ces six points se nomme le six ; s’il a un point de plus, c’est-à-dire sept points, le sept ; huit points, le huit ; etc. (Cf. Ambroise Firmin-Didot, op. cit., col. 846.) — C’est Fournier le Jeune qui a dit que « la théorie d’un art si utile (l’imprimerie) ne devrait être ignorée d’aucun de ceux à qui l’usage des livres est familier », et qu’ « il serait à souhaiter que tout homme de lettres fût en état de juger sainement de la mécanique de ses productions ». (Manuel typographique, t. I, p. ix.) Voir aussi le Courrier du livre, 15 avril 1906, p. 245.  ↩

Le Livre, tome III, p. 158-172

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 158.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 158 [172]. Source : Internet Archive.

une valeur absolument fixe et partout la même. « Le point de l’Imprimerie nationale mesure 0mm,40. Certaines imprimeries se servent encore du point Fournier, de 0mm,35, qui date du siècle dernier. A Paris, on emploie généralement le point Didot, un peu plus récent, qui est précisément le sixième d’une ligne de pied de roi, soit 0mm,376 [0mm,38] ; il faut 27 points Didot pour faire 1 centi­mètre[158.1]. »

Pratiquement le « corps un », c’est-à-dire le type de caractères qui aurait cette microscopique hauteur, ne se fabrique pas, et les « corps » ne commencent guère à exister et à s’employer qu’à partir du « quatre » ou du « cinq ». Le corps huit a une hauteur d’un peu plus de 3 millimètres (0mm,38 × 8), en mesurant non

[III.172.158]
  1.  Émile Javal, op. cit., p. 213.  ↩

Le Livre, tome III, p. 159-173

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 159.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 159 [173]. Source : Internet Archive.

pas l’œil ou sommet des lettres basses, dites aussi lettres courtes : a, c, e, i[159.1], m, n…, mais celui des lettres longues hautes et basses : les lettres longues hautes sont : b, d, f, h, l, t ; les lettres longues basses : g, j, p, q, y. L’œil d’une lettre est, en d’autres termes, la partie saillante qui forme l’impression de cette lettre ; et le corps ou la force de corps est la hauteur totale de cette partie saillante, hauteur calculée du sommet des lettres longues hautes : b, d, f…, à l’extrémité inférieure des lettres longues basses : g, j, p… ; autrement dit, et selon la définition de M. le docteur Javal[159.2], « la distance qui sépare l’alignement supérieur de l’alignement inférieur des lettres longues ».

On nomme hauteur en papier ou simplement hauteur la distance du pied de la tige de cette lettre à la surface de son œil. Cette distance doit évidemment être la même pour tous les caractères, puisque tous sont destinés à être employés ensemble, à figurer dans la même composition, à l’effet de produire une impression simultanée et commune. La hauteur en papier est, en France, de 62 points et demi, soit 23 millimètres et demi[159.3].

Le même corps peut avoir et a ordinairement plusieurs variétés d’œil, et un caractère est gros œil ou

[III.173.159]
  1.  Certains typographes classent l’i (à cause du point) parmi les lettres longues hautes.  ↩
  2.  Op. cit., p. 214.  ↩
  3.  Cf. Émile Leclerc, op. cit., p. 47.  ↩

page 2 de 2 -