Le Livre, tome I, p. 054-078

Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 54.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 54 [078]. Source : Internet Archive.

pittacium, annonçant le titre de l’ouvrage[054.1], « ou plutôt le nom de l’auteur », rectifie Peignot[054.2]. Ajoutons que chaque rouleau était préservé des attaques des insectes et rendu incorruptible au moyen d’un bain d’huile de cèdre[054.3].

Pour lire, le lecteur tenait le rouleau dans sa main

[I.078.054]
  1.  Géraud, op. cit., p. 101.  ↩
  2.  Op. cit., p. 56.  ↩
  3.  Ovide, exilé sur les bords du Pont-Euxin, parle ainsi d’un de ses livres (au début de ses Tristes, I, 1) et en décrit en ces termes la forme extérieure :
    •  Parve (nec invideo) sine me, liber, ibis in urbem :
      Hei mihi ! quo domino non licet ire tuo.
      Vade, sed incultus, qualem decet exulis esse.
      Infelix habitum temporis hujus habe.
      Nec te purpureo velent vaccinia succo ;
      Non est conveniens luctibus ille color ;
      Nec titulus minio, nec cedro charte notetur ;
      Candida nec nigra cornua fronte geras.
      Felices ornent hæc instrumenta libellos ;
      Fortunæ memorem te decet esse meæ ;
      Nec fragili geminæ poliantur pumice frontes ;
      Hirsutus sparsis ut videare comis ;
      Etc.

     « Va, petit livre, j’y consens, va sans moi dans cette ville où, hélas ! il ne m’est point permis d’aller, à moi qui suis ton père ; va, mais sans ornements, comme il convient au fils de l’exilé ; et malheureux, adopte les insignes du malheur. Que le vaciet (vaccinia, arbrisseau qui porte des baies donnant une belle teinture rouge) ne te farde point de sa teinture de pourpre ; cette couleur n’est pas la couleur du deuil ; que le vermillon ne donne pas de lustre à ton titre, ni l’huile de cèdre à tes feuillets. Qu’on ne voie point de blanches pommettes (cornua) se détacher sur tes pages noires ; cet appareil peut orner des livres heureux, mais toi, tu ne dois pas oublier ma misère ; que ta double surface ne soit point polie par la tendre pierre ponce ; présente-toi hérissé de poils çà et là ; » etc. (Trad. Nisard, p. 661 ; et cf. les notes de la page 745 de cette même traduction.)  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet