Le Livre, tome I, p. 126-150

Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 126.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 126 [150]. Source : Internet Archive.

doute pas lu plus tard ; il n’en aurait eu ni le temps ni la patience, et nous n’aurions pas cette charmante lettre, la plus jolie de celles qu’il adresse à Marie de Médicis, et qui est des premiers temps de son mariage (3 septembre 1601)[126.1]. »

La première femme de Henri IV, la reine Marguerite (1553-1615), digne petite-fille de François Ier, était savante, comme tous les Valois. Elle parlait latin, aimait les vers, en faisait et s’en faisait faire par des poètes, ses amis plus que ses commensaux, et écrivait d’agréables et curieux Mémoires. « Quand

[I.150.126]
  1.  Voici cette lettre, telle que la donne M. de Lescure, dans son édition des Lettres d’amour d’Henri IV, pp. 198-199 (Paris, Librairie des bibliophiles, 1886), sauf l’orthographe que j’ai rajeunie ; — mais ne pas oublier l’avertissement de M. G. Lanson (Histoire de la littérature française, p. 345, n. 1), précisément à propos des lettres de Henri IV : « Il faut se défier des apocryphes, parfois les plus charmantes » : — « M’amie, j’attendais d’heure à heure votre lettre ; je l’ai baisée en la lisant. Je vous réponds en mer, où j’ai voulu courre une bordée par le doux temps. Vive Dieu ! vous ne m’auriez rien su mander qui me fût plus agréable que la nouvelle du plaisir de lectures qui vous a pris. Plutarque me sourit toujours d’une fraîche nouveauté ; l’aimer, c’est m’aimer, car il a été l’instituteur de mon bas âge. Ma bonne mère, à qui je dois tout, et qui avait une affection si grande de veiller à mes bons déportements, et ne vouloir pas, ce disait-elle, voir en son fils un illustre ignorant, me mit ce livre entre les mains, encore que je ne fusse à peine plus un enfant de mamelle. Il m’a été comme ma conscience, et m’a dicté à l’oreille beaucoup de bonnes honnêtetés et maximes excellentes pour ma conduite et pour le gouvernement des affaires. Adieu, mon cœur, je vous baise cent mille fois. Ce iiie septembre, à Calais. »  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet