Le Livre, tome I, p. 133-157

Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 133.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 133 [157]. Source : Internet Archive.

En plusieurs endroits de ses très curieuses lettres, il nous entretient de ses « débauches », des enivrantes joies qu’il goûte dans le silence de sa bibliothèque : « … Je ne fais guère de débauche que dans mon « étude » avec mes livres ; au moins n’en fais-je point tant comme je voudrais bien (autant que j’en voudrais). Feu M. Piètre[133.1], qui a été un homme incomparable, tant en bonté qu’en science, disait qu’il faisait la débauche[133.2] lorsqu’il lisait Cicéron et Sénèque, mais qu’il se réduisait aisément à son devoir avec Galien et Fernel…. Ainsi je me suis réduit dans mon « étude » depuis ce temps-là ; mais on ne m’y laisse guère dans l’état paisible qu’il faudrait pour bien étudier[133.3]. »

Richelieu (1585-1642) aimait ses livres « plus que chose au monde », selon l’expression de Michelet[133.4] : c’est à lui qu’est due la création de la bibliothèque

[I.157.133]
  1.  Simon Piètre dit Piètre le Grand (1565-1618), médecin et professeur au Collège de France, célèbre par son érudition et son éloquence. Il était fils d’un médecin et professeur également prénommé Simon.  ↩
  2.  C’est aussi le terme qu’employait en pareille circonstance le chancelier Daguesseau : « … Les charmes des belles-lettres, qui ont été pour moi une espèce de débauche d’esprit…. » (Instructions sur les études propres à former un magistrat, II, Étude de l’histoire, p. 237. Œuvres choisies, Paris, Didot, 1871.)  ↩
  3.  Gui Patin, Lettres, lettre du 13 juillet 1660. (Tome II, p. 74. La Haye, Van Bulderen, 1715.)  ↩
  4.  Histoire de France, t. XIV, p. 233. (Paris, Marpon et Flammarion, 1879.)  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet