Le Livre, tome I, p. 135-159

Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 135.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 135 [159]. Source : Internet Archive.

dans l’hôtel de Nevers, actuellement occupé par la Bibliothèque nationale.

« A la fin de l’année 1643, la bibliothèque de Mazarin renfermait douze mille volumes imprimés et quatre cents manuscrits ; c’était déjà « l’une des plus accomplies de l’Europe[135.1] », et le cardinal poursuivait avec ardeur une idée généreuse, que les dernières volontés de Richelieu lui avaient inspirée[135.2]. » C’était d’ouvrir à deux battants les portes de cette bibliothèque, et de mettre cette collection tout entière à la disposition du public. Cette ouverture eut lieu pour la première fois dans le courant d’octobre 1643 ; et, après avoir été transférée au collège qu’il fonda plus tard, la bibliothèque de Mazarin, la

[I.159.135]
  1.  L. Jacob, Traité des plus belles bibliothèques, p. 487, ap. Alfred Franklin, op. cit., t. III, p. 42.  ↩
  2.  Alfred Franklin, ibid.  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet