Le Livre, tome I, p. 141-165

Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 141.
Albert Cim, Le Livre, t. I, p. 141 [165]. Source : Internet Archive.

trois églises à côté de mes deux portes cochères[141.1]. »

C’était réaliser, et au delà, le programme tracé par Cicéron de « l’homme heureux[141.2] ». Avoir à soi et sous la main, outre des livres et des fleurs, des arbres fruitiers et des oiseaux chanteurs ; posséder une jolie maison, bien située et artistement, meublée et trois paroisses, pour comble, trois paroisses, entre lesquelles on peut choisir, n’est-ce pas le suprême idéal, et que demander de plus sur terre ?

[I.165.141]
  1.  Ap. Charles Nodier, l’Amateur de livres, dans les Français peints par eux-mêmes, t. II, p. 83. (Paris, Delahays, 1853.)  ↩
  2.  Cf. supra, p. 12.  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet