Le Livre, tome II, p. 026-042

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 026.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 026 [042]. Source : Internet Archive.

plaindre plus que de raison, et que la plus grande de toutes mes pertes ayant toujours été le temps, j’ai toujours aussi tâché de la réparer à force de diligence et d’opiniâtreté dans le travail[026.1]. Je me souviens que, ayant à peine quitté la mamelle, et ne sachant pas même encore mes lettres, s’il m’arrivait d’entendre quelqu’un lire un conte, je portais une envie extrême à cette personne-là, me figurant mille plaisirs, du moment que je pourrais de moi-même, et sans l’aide d’autrui, lire et m’amuser comme elle. Plus tard, ayant su le faire, mais

[II.042.026]
  1.  Voici ce que nous dit encore Huet (op. cit., p. 175) sur les moyens qu’il employait pour consacrer le plus de temps possible à la lecture : « … J’espérais néanmoins parer à ces inconvénients, à force de diligence et d’économie de temps ; aussi pris-je la résolution de ne pas laisser perdre une minute, pas même celles qui sont perdues pour tout le monde, comme le temps qu’on passe en voyage, au lit, avant de s’endormir et lorsqu’on vient de s’éveiller, en s’habillant et en se déshabillant. Des enfants me servaient alors de lecteurs, et, parmi mes domestiques, je ne souffrais pas qu’un seul fût illettré. Souvent encore, une fois ma leçon donnée au Dauphin, j’accourais à Paris le soir et même la nuit close ; puis, après avoir employé une grande partie de la nuit à feuilleter les livres de ma bibliothèque, à faire des recherches et des extraits, je revenais à mon poste. Ce travail dura dix ans. Cependant il me fallait conformer ma vie à la vie agitée de la cour, changer de résidence à chaque instant, courir les routes et n’être jamais dans la même place. Que le lecteur, s’il est ami des Lettres et de l’étude, se figure combien il est facile pour l’esprit, au milieu de ces allées et venues continuelles et de ces agitations du jour et de la nuit, de s’appliquer aux méditations qui sont le fruit de la tranquillité ! »  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce texte