Le Livre, tome II, p. 033-049

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 033.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 033 [049]. Source : Internet Archive.

que de ne pas me laisser manquer de livres. Quels que fussent ceux qu’on me donnait ou dont je pouvais m’emparer, ils m’absorbaient tout entière, et l’on ne pouvait plus me distraire que par des bouquets. La vue d’une fleur caresse mon imagination et flatte mes sens à un point inexprimable ; elle réveille avec volupté le sentiment de l’existence. Sous le tranquille abri du toit paternel, j’étais heureuse dès l’enfance avec des fleurs et des livres : dans l’étroite enceinte d’une prison, au milieu des fers imposés par la tyrannie la plus révoltante, j’oublie l’injustice des hommes, leurs sottises et mes maux, avec des livres et des fleurs[033.1]….

« Avec les livres élémentaires dont on avait soin de me fournir, j’épuisai bientôt ceux de la petite bibliothèque de la maison. Je dévorais tout, et je recommençais les mêmes lorsque j’en manquais de nouveaux. Je me souviens de deux in-folio de Vies des Saints, d’une Bible de même format en vieux langage, d’une ancienne traduction des Guerres civiles d’Appien, d’un Théâtre de la Turquie en mauvais style, que j’ai relus bien des fois. Je trouvai ainsi le Roman comique de Scarron et quelques recueils de prétendus bons mots, que je ne relus pas deux

[II.049.033]
  1.  Cf. supra, t. I, pp. 12 et 141, le portrait de « l’homme heureux », tracé par Cicéron : Si hortum in bibliotheca habes, deerit nihil : « Pour peu que nous ayons un jardin à côté de notre bibliothèque, — c’est-à-dire des fleurs et des livres, — il ne manquera rien à notre bonheur. »  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet