Le Livre, tome II, p. 097-113

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 097.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 097 [113]. Source : Internet Archive.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 098.
Pour suite de note : Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 098 [114]. Source : Internet Archive.

plicité des chemins trompe souvent le voyageur. Celui qui marchait sûrement sur une seule route hésite entre deux chemins, et son embarras redouble dans un carrefour de trois ou quatre chemins. De même souvent celui qui aurait lu avec fruit un seul livre en a ouvert et feuilleté plusieurs inutilement. »

Il y a des passionnés des livres et de l’étude qui, littéralement, se gavent et se soûlent de lectures, s’en abrutissent. C’est à leur sujet et contre leur intempérance que Montaigne, entre autres devises et sentences, avait fait inscrire celle-ci sur une des solives de sa « librairie » : Ne plus sapias quam necesse est, ne obstupescas ; « ce que nous nous permettons de traduire un peu librement : N’ayez pas trop de livres, de peur de vous abêtir, » ajoute M. Gustave Mouravit[097.1].

« Dieu merci, s’écrie Gui Patin[097.2], je suis à l’épreuve

[II.113.097]
  1.  Le Livre et la Petite Bibliothèque d’amateur, p. 41.  ↩
  2.  Ap. Peignot, Manuel du bibliophile, t. I, p. 122. Nous avons vu ci-dessus, tome I, page 131, que cette bibliothèque « peu garnie » se composait de dix mille volumes. Gui Patin l’estimait, en 1661, « plus de quarante mille francs », ce qui en représenterait aujourd’hui plus de deux cent mille. (Cf. Gui Patin, lettre du 3 juin 1661 : Lettres choisies, t. II, p. 274 ; la Haye, Van Bulderen, 1715.)  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet