Le Livre, tome II, p. 111-127

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 111.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 111 [127]. Source : Internet Archive.

« Mais je n’ai pas envoyé cette liste, car je me suis aperçu qu’elle n’était pas sincère. Sans m’en rendre compte, je l’avais dressée, non pour moi seul, mais pour le public, et j’y exprimais des préférences « convenables », plutôt que d’intimes prédilections.

« Or, il ne s’agit pas ici de choisir les vingt plus beaux livres qui aient été écrits, mais ceux avec qui il me plairait le plus de « passer le reste de ma vie ».

« Voyons, de bonne foi, est-ce que j’éprouve si

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce texte