Le Livre, tome II, p. 119-135

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 119.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 119 [135]. Source : Internet Archive.

Voici, à titre d’exemple, à titre aussi parfois de preuve de ces variations de goût et changements de modes, et avec son préambule, et les réserves et réflexions que nous avons cru devoir y joindre en notes, la liste des ouvrages recommandés par Gabriel Peignot[119.1] :

« … Je vais, avec toute la défiance possible de mes faibles lumières, indiquer ceux (les ouvrages) que j’ai toujours regardés, pris indistinctement chez les anciens et chez les modernes, comme les plus substantiels, comme les meilleurs, les uns au point de vue moral, les autres au point de vue du goût. Je ne parle ici que de livres dont la lecture convienne à tout le monde, de quelque profession que l’on soit. Je sais qu’il en est un grand nombre de fort bons qui ne se trouvent pas dans cette liste, peut-être trop restreinte selon les uns, et trop étendue selon les autres ; mais il me semble que ceux que je cite méritent la préférence ; du moins je hasarde cette opinion d’après l’estime dont ils jouissent chez les peuples où la saine littérature est le plus en honneur, et d’après les jugements qu’en ont portés les plus grands rhéteurs et les hommes de goût. Au reste, chacun peut augmenter ou diminuer cette liste à son gré.

[II.135.119]
  1.  Traité du choix des livres, pp. 202-205. (Paris, Renouard, 1817 ; in-8.)  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce texte