Le Livre, tome II, p. 210-226

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 210.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 210 [226]. Source : Internet Archive.

tile du journal s’ingénie de plus en plus, elle s’étend à tout maintenant. Elle serre étroitement les maisons de commerce à leur naissance ; elle agit sur l’industrie comme sur les expositions de peinture, elle pèse sur l’artiste débutant, sur les directeurs de théâtre, sur les drames et les comédies mêmes, sur les volumes qui paraissent. Le mérite, ici, bien souvent on n’en a cure ; le rédacteur n’écrira que si l’administration est satisfaite, si les places qu’on voulait ont été données, si l’auteur a bien rempli les obligations qu’il ne doit pas ignorer[210.1]. »

[II.226.210]
  1.  Baron Tanneguy de Wogan, op. cit., p. 58.  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce texte