Le Livre, tome III, p. 060-074

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 60.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 60 [074]. Source : Internet Archive.

papier pour imprimer et pour peindre au pinceau, mais encore ils se servent du papier pour une foule d’usages : des cahiers remplacent nos mouchoirs et nos serviettes ; les tabourets, utilisés comme coussins, sont revêtus de papier ; au lieu de vitres, les fenêtres ont des carrés de papier, et ce sont des panneaux de la même pâte qui forment les parois mobiles des maisons ; on prend des vêtements en papier enduits de cire végétale pour se garantir de la pluie, et c’est encore du papier qui remplace les capotes de cuir des voitures traînées à bras ; les courroies en papier des machines sont plus résistantes que celles de cuir[060.1]. Certaines espèces de ces produits japonais n’ont pu être encore imitées dans l’Occident ; mais, pour la blancheur des feuilles, la supériorité reste aux manufacturiers anglais et français ; le papier du Japon est toujours un peu jaunâtre[60.2]. »

[III.074.060]
  1.  « Le papier, au Japon, est encore très employé dans le rite religieux, comme papier d’offrande. » (Louis Figuier, op. cit., p. 190.) La même coutume règne en Chine. « Le peuple chinois avait autrefois, et a encore aujourd’hui, l’habitude de brûler certaines substances en l’honneur des morts et des ancêtres. Tantôt on enflamme, dans les cérémonies, des allumettes parfumées, tantôt on fait brûler du papier. Les marchands vendent, à cet effet, de grandes quantités d’objets composés de papiers étamés ou dorés et affectant différentes formes. A certaines époques de l’année, on brûle, en souvenir des morts, ces papiers étamés, qui se nomment papiers à brûler ou papiers d’offrande. » (Id., op. cit., p. 187.)  ↩
  2.  Élisée Reclus, op. cit., t. VII, p. 831.  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires pour ce texte