Le Livre, tome III, p. 083-097

Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 83.
Albert Cim, Le Livre, t. III, p. 83 [097]. Source : Internet Archive.

comporte ; il s’applique à « l’unité de tirage » d’un ouvrage, d’une gravure, etc. Une bibliothèque, par exemple, possède trois exemplaires du Théâtre de Racine : l’un en un volume, l’autre en deux volumes, le troisième exemplaire en quatre volumes. Un éditeur fait tirer tel roman à 2 000 exemplaires; un libraire expédie 6 000 exemplaires de son catalogue ; etc.

On confond également volontiers les mots tirage et édition, dans le cas où ils signifient tous les deux le résultat de l’action d’imprimer, de tirer un volume. Il y a cependant une différence entre eux. Les tirages, effectués successivement, n’impliquent aucune idée de corrections ni de modifications quelconques du texte ; un exemplaire du premier tirage d’un volume est identique à un exemplaire du deuxième, du troisième, du dixième tirage de ce même volume. Ces tirages ont tous été faits, à intervalles de temps plus ou moins éloignés, sur les mêmes cli­chés[083.1], et ils ne se différencient que par l’usure de ces clichés : un exemplaire du dixième tirage aura nécessairement ses caractères typographiques moins nets qu’un exemplaire du premier tirage, surtout si chacun des tirages intermédiaires comprend un grand nombre d’exemplaires.

Le mot édition laisse entendre, au contraire, que l’ouvrage a été revu, remanié, puis recomposé typo-

[III.097.083]
  1.  Sur ce mot, voir infra, pp. 185 et suiv.  ↩

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet