Mot-clé - Charles X

Fil des billets - Fil des commentaires

Le Livre, tome II, p. 301-317

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 301.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 301 [317]. Source : Internet Archive.

exclusivement, — Plutarque, Montaigne et Locke, qu’on a dit avec raison « que le fond des idées de l’Émile est tout entier dans ces trois écrivains[301.1] ».

Nous avons vu le roi Charles X manifester, tout comme Henri IV, son peu de goût pour la lecture[301.2], et entendu la maréchale Lefebvre proclamer qu’elle n’était point du tout lisarde[301.3].

Charles Nodier nous a prévenus que l’amour des livres devenait de plus en plus rare[301.4] : « Aujourd’hui l’amour de l’argent a prévalu : les livres ne portent point d’intérêt…. Nos grands seigneurs de la politique, nos grands seigneurs de la banque, nos grands hommes d’État, nos grands hommes de lettres, sont généralement bibliophobes. »

« Nos grands hommes de lettres » : oui, si étrange, incroyable et inconcevable que la chose puisse paraître, parmi les ennemis des livres et des Lettres,

[II.317.301]
  1.  L’abbé Morellet, ap. Peignot, Manuel du bibliophile, t. I, p. 314.  ↩
  2.  Supra, t. I, p. 125. Ce qui n’empêcha pas, notons-le pour rester impartial, le roi Charles X, alors qu’il n’était que comte d’Artois, de « signaler son goût pour les lettres » en faisant imprimer à ses frais, par Ambroise Didot, de 1780 à 1784, une collection d’ouvrages français tout à fait remarquable. « Il était difficile que la typographie produisit rien de plus joli que ces soixante-quatre petits volumes, que l’on placera toujours parmi les chefs-d’œuvre des Didot. » (J.-C. Brunet, Manuel du libraire, t. II, col. 137, art. Collection.)  ↩
  3.  Supra, ibid.  ↩
  4.  Cf. supra, chap. iv, p. 142, n. 1.  ↩