Mot-clé - Galiani (abbé)

Fil des billets - Fil des commentaires

Le Livre, tome II, p. 260-276

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 260.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 260 [276]. Source : Internet Archive.

pour la plupart, quelque satirique allusion. On y trouve ceux-ci, par exemple : Art de compliquer les questions simples, par l’abbé Galiani ; — Véritable utilité de la guerre, par les frères Paris (qui s’étaient enrichis comme fournisseurs des armées) ; — Dictionnaire portatif des métaphores et des comparaisons, par S.-N.-H. Linguet (trois énormes volumes) ; — Du pouvoir de la musique, par M. Sedaine (de méchantes langues attribuaient la réussite des pièces de Sedaine aux charmantes compositions de Grétry et de Monsigny) ; — De l’emploi des images en poésie, par M. Dorat (on sait que le succès des Baisers de Dorat fut dû uniquement aux admirables gravures d’Eisen) ; etc.

On rencontre encore fréquemment des bibliothèques de ce genre, — de ces rangées de livres peintes sur des panneaux de bois, principalement sur des portes, comme pour les masquer ; — il existe des spécimens de ces bibliothèques fictives ou bibliothèques factices, notamment dans le château de Compiègne et dans celui de Chantilly.

Le mot de Diogène (413-323 av. J.-C.) : « Avoir des livres sans les lire, c’est avoir des fruits en pein­ture[260.1], » se vérifie donc ici textuellement et se matérialise en quelque sorte.

« Il vous faut à tout prix de longues rangées de

[II.276.260]
  1.  Ap. Fertiault, les Légendes du livre, p. 156.  ↩

Le Livre, tome II, p. 013-029

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 013.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 013 [029]. Source : Internet Archive.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 014.
Pour suite de note : Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 014 [030]. Source : Internet Archive.

aux plus belles pages qu’aient produites en ce genre les lettres françaises depuis Pascal[013.1] ». En voici le début :

« Je n’oublierai jamais la soirée de décembre où le voile qui me dérobait à moi-même ma propre incrédulité fut déchiré. J’entends encore mes pas dans cette chambre étroite et nue, où, longtemps après l’heure du sommeil, j’avais coutume de me promener ; je vois encore cette lune à demi voilée par les nuages, qui en éclairait par intervalles les froids carreaux. Les heures de la nuit s’écoulaient et je ne m’en apercevais pas ; je suivais avec anxiété ma pensée, qui, de couche en couche, descendait vers le fond de ma conscience, et, dissipant l’une après l’autre toutes les illusions qui m’en avaient jusque-là dérobé la vue, m’en rendait de moment en moment les détours plus visibles.

« En vain je m’attachais à ces croyances dernières, comme un naufragé aux débris de son navire ; en vain, épouvanté du vide inconnu dans lequel j’allais flotter, je me rejetais pour la dernière fois avec elles vers mon enfance, ma famille, mon pays, tout ce qui m’était cher et sacré[013.2] : l’inflexible courant de ma pensée était plus fort : parents, famille,

[II.029.013]
  1.  Ap. Larousse, Grand Dictionnaire, art. Doute, le Doute et ses victimes…, t. VI, p. 1165, col. 3.  ↩
  2.  Cf. abbé Galiani, lettre du 21 septembre 1776 à Mme d’Épinay (Lettres, t. II, p. 245 ; Paris, Charpentier, 1881) : « L’incrédulité est le plus grand effort que l’esprit de l’homme puisse faire contre son propre instinct et son goût. Il s’agit de se priver à jamais de tous les plaisirs de l’imagination, de tout le goût du merveilleux ; » etc.  ↩