Mot-clé - Joanne (guides)

Fil des billets - Fil des commentaires

Le Livre, tome II, p. 274-290

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 274.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 274 [290]. Source : Internet Archive.

En France, durant les guerres religieuses, quantité de bibliothèques de couvents furent, sinon détruites, du moins pillées et dispersées[274.1].

La bibliothèque d’Heidelberg, dite Bibliothèque Palatine, éprouva de singulières vicissitudes. Lorsque, dans la guerre de Trente Ans, en 1622, la ville d’Heidelberg fut prise par le comte de Tilly et mise à sac, le duc de Bavière, le pieux Maximilien, fit présent de cette bibliothèque au pape Grégoire XVI, qui la plaça au Vatican. Sous la République, lors de l’invasion des Français en Italie, 38 manuscrits, choisis dans cette collection, furent transportés à Paris ; mais, en 1815, ils nous furent enlevés et furent restitués à l’Université d’Heidelberg, ainsi que les manuscrits allemands, au nombre d’environ 850, restés au Vatican[274.2].

Une destruction considérable de livres fut faite, paraît -il, vers la fin du premier Empire, par un li-

[II.290.274]
  1.  Signalons aussi, en Espagne (Catalogne, province de Tarragone), le pillage du célèbre monastère cistercien de Poblet, qui renfermait, outre les tombeaux des rois dAragon, quantité d’œuvres d’art et une magnifique bibliothèque. Pendant les troubles civils de 1835, les moines s’enfuirent, emportant les objets les plus précieux, et, profilant de cet abandon, des bandes de malfaiteurs mirent à sac le couvent et l’incendièrent. (Cf. Guides Joanne, Espagne et Portugal, 1898, p. 108.) Dom Vincente, le fameux libraire assassin de Barcelone (qui, en quelques mois, tua douze de ses clients pour leur reprendre les livres qu’ils lui avaient achetés), était un ancien moine de Poblet. Il fut condamné à mort et exécuté en 1836. (Cf. mon volume Amateurs et Voleurs de livres, pp. 27-50.)  ↩
  2.  Cf. Ludovic Lalanne, op. cit., pp. 219-220.  ↩