Mot-clé - Pellico (Silvio)

Fil des billets - Fil des commentaires

Le Livre, tome II, p. 047-063

Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 047.
Albert Cim, Le Livre, t. II, p. 047 [063]. Source : Internet Archive.

tombaient des arbres, les rossignols ne chantaient plus depuis longtemps, — et mon cœur se brisa lorsque je lus comment le noble chevalier gisait à terre, tout étourdi et meurtri, et comment, sans relever sa visière, et comme s’il parlait du fond de la tombe, il dit au vainqueur, d’une voix faible et épuisée : « Dulcinée est la plus belle dame du monde, et moi le plus malheureux chevalier de la terre ; mais il est contraire à l’honneur que, par faiblesse, je consente à nier cette vérité : frappe donc avec ta lance, chevalier ! »

Et le vainqueur, ce fier et superbe paladin dont l’écu porte l’éblouissante image de l’astre de Diane, ce chevalier de la Blanche-Lune qui fait mordre la poussière à Rossinante et à son noble et héroïque maître, n’est, en réalité, qu’un petit bachelier de village[047.1]…. « Je ne connaissais pas encore l’ironie que Dieu a mise dans le monde, » ajoute Heine, qui s’est bien rattrapé depuis et amplement dédommagé de cette ignorance première.

Silvio Pellico (1789-1854), le prisonnier du Spielberg, évoque ainsi, dans un de ses poèmes[047.2], le souvenir de ses jeunes années et de ses premières lectures :

[II.063.047]
  1.  Cervantès, Don Quichotte, seconde partie, chap. lxiv et lxv, trad. Louis Viardot, t. II, pp. 450 et suiv.  ↩
  2.  Silvio Pellico, Poésies, Appendice à « Mes Prisons » : Œuvres de Silvio Pellico, trad. Antoine de Latour, pp. 303-304. (Paris, Charpentier, 1864.)  ↩